* * * * * * *
LA BARBEZIEUX

* * * * * * * * * *

 
Poule Barbezieux :

Originaire de Charente, dans la région de Barbezieux, la Barbezieux est une race fière, imposante, aux attitudes prétentieuses mais aux formes harmonieuses. C'est une race qui a failli disparaître en raison de la difficulté et de la lenteur de son élevage.  Il faut sélectionner les animaux les plus grands à oreillons blancs. Sa chair est excellente.
Elle est la plus grande de toutes les races françaises . Sa chair est d'une  grande finesse. - poule : 3,5 kg - coq : 4,5 kg.
Bagues : coq 22 poule 20

 Dans sa Physiologie du Goût, Brillât-Savarin, rendant compte d'un dîner de grand style, écrit :
« On servit entre autres choses un énorme coq vierge de Barbezieux truffé à tout rompre. »

 

Henri Voitellier, éminent aviculteur a écrit à son sujet dans une oeuvre parue en 1931 ( intitulée Toute la Basse Cour ) :
« La plus grande, la plus forte de toutes les races françaises, on pourrait même dire de toutes les races occidentales.
Tout, dans le Barbezieux a de l'ampleur : la crête, les barbillons, les pattes ; on le croirait l'intermédiaire entre la poule et le dindon ; c'est le géant de l'espèce galline. »

Coq Barbezieux:

 

Henri Voitellier poursuit : Le beau Barbezieux rivalise facilement comme prestance et comme poids avec les meilleurs Langshan, et ce n'est assurément que par cette tendance inhérente au caractère français de trouver tout ce qui est étranger supérieur à ce que nous possédons, que les Langshan jouissent ici d'une faveur que les Barbezieux, les La Flèche et les Crèvecœur n'auraient jamais dû leur laisser prendre. Les Barbezieux n'ont qu'un défaut, c'est de n'être pas originaires d'Angleterre. On les couvrirait d'or en France et on voudrait en élever partout, en luttant centimètre à centimètre, à qui obtiendrait le coq le plus haut, et personne ne se plaindrait de leur délicatesse à l'élevage.
Aucune race ne réunit au même degré le volume à la qualité ; une chair blanche, abondante et fine, une aptitude remarquable à l'engraissement.
On lui reproche d'être un peu délicat à l'élevage, de ne pas se développer avec une grande rapidité.
Le reproche est fondé dans une certaine mesure.
Le poussin Barbezieux s'emplume assez difficilement et manque de vigueur par les temps humides et froids.
S'il est né à une saison un peu avancée, il reste petit, chétif, sans rien avoir de l'apparence de force qui lui appartient naturellement.

Coq Barbezieux

Mais il est assez juste, puisqu'il doit donner finalement un rendement supérieur aux autres, qu'on lui donne quelques soins de plus, et alors il les paye largement.
Il est tout naturel que sa croissance anormale demande pour se constituer un peu plus de temps que les autres et, par conséquent, qu'il soit nécessaire de le faire naître aux premiers beaux jours de printemps pour qu'il ait devant lui toute la belle saison pour se développer.
Il est équitable que, pour constituer sa charpente exceptionnelle, il ait besoin de plus de matériaux que le vulgaire poulet qui court les rues.
Si l'on avait un Barbezieux dans le même temps, sans plus de peine et avec la même dépense qu'un Caussade ou un Leghorn, les éleveurs seraient vraiment bien naïfs d'avoir autre chose et leur métier serait trop simple et trop lucratif.


En confirmation, Blanchon et Delamarre de Monchaux dans "Toutes les Poules et leurs variétés", nous donnent des mensurations dont nous transcrivons les plus caractéristiques :
Hauteur totale de la poule : 62 cm, hauteur du coq dans l'attitude de marche : 65 cm, dans l'attitude fière :
70, dans l'attitude redressée : 76. Longueur de la crête : 14 cm, hauteur de la crête : 8, épaisseur de la crête : 4 cm 1/2. Longueur de la cuisse : 20 cm. Circonférence du corps : 50.

Le coq de Barbezieux est un de ceux qui se prêtent le mieux au chaponnage, l'opération étant plus facile à pratiquer sur lui à cause de son ampleur que sur les sujets de petite taille.
Le coq a l'allure fière, une belle prestance et marque une certaine prédilection pour les poses recherchées et les nobles attitudes : il semble avoir conscience de sa grandeur et de sa force qui lui confèrent la majesté.

Poules Barbezieux

Quant à elle, la poule de Barbezieux est de tempérament rustique et bonne pondeuse de gros œufs blancs et atteint 160œufs environ de 73 à 83 grammes.
Par contre, elle est médiocre couveuse et médiocre éleveuse.
Il n'y a qu'une variété de Barbezieux au plumage entièrement noir, avec reflets verts chez le coq.
Une des caractéristiques de la race est l'oreillon strictement blanc, sans filet ni sablé rouge.
L'œil n'est pas noir mais brun jaunâtre, paraissant noir à distance.
Les tarses sont gris ardoisé. La queue ne doit pas être relevée en queue d'écureuil.  

Poule Barbezieux

 

En raison de sa très haute taille, supérieure à celle de toutes les autres races, la Barbezieux a de grosses exigences en phosphate, et sa nourriture doit en être abondamment pourvue, sous peine d’obtenir des poulets aux genoux cagneux ou possédant des aplombs défectueux, fléchissant sous le poids de la bête.  Les jeunes sujets sont également sensibles à l'humidité et croissent lentement.
Le logement des Barbezieux, comme celui de toutes les races très lourdes, doit comporter des perchoirs placés au plus à 55-60 centimètres du sol, car les grosses volailles s'enlèvent mal et risquent des accidents en sautant de trop haut sur le sol.

 



 

 

Haut de la page



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement