* * * * * * *
LA HOUDAN

* * * * * * * * * * *

 
LA HOUDAN

La poule de Houdan est une race française originaire de la commune éponyme dans les Yvelines.

Cette race ancienne attestée dès le XIVe siècle, est issue de diverses races françaises et améliorée par l’introduction de  la Dorking. Elle a connu son apogée dans la première moitié du XXe siècle. Sa zone d'élevage s’étendait sur plusieurs cantons des Yvelines et d'Eure-et-Loir.  Elle a été concurrencée par des races hybrides issues de croisements industriels à forts rendements, mais certains éleveurs, obstinés et passionnés ont tout fait pour maintenir la race.
Principales caractéristiques.

Forme : la Houdan doit être de taille assez forte ( 3 kg pour le coq et 2,5 kg pour la poule) son corps est cylindrique, large à l’épaule et légèrement incliné vers l'arrière.
La queue du coq doit être bien fournie en faucilles et quelques petites faucilles à la naissance de la queue. Celle-ci doit être portée semi ouverte chez la poule, quant au coq elle doit former un angle ouvert avec le dos.
L'apparence de la poule est presque aussi volumineuse que celle du coq.
Comme lui, elle est posée solidement sur de fortes pattes à 5 doigts, ses jambes et ses ailes sont bien développées, les favoris et la cravate sont très apparents, la huppe est complète, les plumes de l'abdomen sont pendantes, abondantes et épanouies.


Toutes les photos de la page sauf la dernière proviennent du site  ://poulesdumonde.free.fr



 
Crête :
La poule de Houdan se reconnait à sa crête double et à sa huppe de plumes sur la tête.
La crête du coq de Houdan se compose de deux caroncules aplaties, en forme d’ailes de papillon ,dentelées sur les bords, et de forme allongées et rectangulaires.
Elle ressemble à une feuille de chêne ou à un papillon aux ailes ouvertes. Elle doit garder une taille moyenne. Les bourrelets de chair, souvent présents au milieu de la crête, sont à bannir. Celle de la poule est plus petite.



 

Pattes :
Cette race est pentadactyle. Elle possède 5 doigts dont le cinquième est bien séparé. Les tarses sont forts, nus, marbrés de couleur chair, c'est à dire blanc, avec quelques traces rosées sur le côté, sur le dessus il y a des taches noires qui peuvent aller jusqu'au gris.

Barbillons : ils sont reliés à la crête par les parties charnues qui forment les joues.
Yeux : L'iris est rouge orangé, et la pupille noire.

Bec :, il est fort et crochu, sa couleur est noire à sa naissance puis couleur corne jusqu’à son extrémité, ses coins sont fortement renversés, et il est incliné sur la cravate.

Barbe et favoris : La barbe doit cacher les barbillons qui doivent être rudimentaires. Quant aux favoris, ils doivent cacher les oreillons dont la couleur est sans importance. Néammoins, les oreillons sont blanchâtres tâchés de rouge

 

Huppe : elle ne doit pas être volumineuse et ne doit pas encapuchonner la tête, les huppes de Padoue sont à proscrire. Quand la huppe est très développée, la poule ne voit ni de côté ni de face.
La huppe de la poule ne doit pas étre volumineuse, elle ne doit pas logiquement cacher les yeux. Elle doit former un beau pompon. Il faut éviter des sujets avec une hypertrophie de la huppe.

Couleur :
Elle existe en plusieurs variétés de couleur, la plus connue étant à plumage noir caillouté de taches blanches, mais elle peut aussi être noire, blanche ou gris perle.
Chez le poulet, il est d'ordinaire noir et blanc. Le fond du plumage doit être noir lustré de vert, parsemé de taches blanches bien délimitées et pas trop grandes . Le cailloutage étant une couleur peu fixée, on peut sortir des sujets presque entièrement noirs comme des sujets blancs avec quelques plumes noires. Le caillouté est plus ou moins marqué selon les sujets. Les coqs sont plus foncés en général.
On peut rencontrer une variété noire, qui est très rare, ainsi qu’une variété coucou.


 

Pour la reproduction il vaut mieux garder les coqs les plus foncés, ce qui permettra d'obtenir des cailloutages plus nets chez la poule. Le cailloutage évolue avec l'âge des sujets. En règle générale, il s’éclaircit un peu plus chaque année, ainsi des sujets qui peuvent paraître trop foncés au début auront un cailloutage plus marqué la seconde année. La règle est identique pour les sujets clairs. A priori ils continueront à s’éclaircir les années suivantes.

C'est une pondeuse moyenne, voire honnête qui aime les parcours d’herbage mais qui s'accommode bien en volière.
Elle commence sa ponte en début d’année, souvent en février. La poule Houdan donne de très beaux oeufs, blancs. Elle ne couve pas pratiquement pas. Les glousses d’autres races et couveuses sont d’un bon secours.
A leur naissance les poussins sont blancs et noirs avec une belle bosse crânienne. Dès la naissance les défauts du 5ème doigt mal séparé ou de mauvaise couleur des tarses sont visibles.
La croissance des jeunes, est moyenne, ni précoce ni lente. Vers l’âge de trois mois les défauts de crête sont bien visibles et il faut déja pratiquer une sélection à ce niveau. Il faut éviter également les crêtes ébouriffées ou difformes qui se transmettent régulièrement.

 

Il n'y a pas de grandes difficultés à élever de la Houdan, toutefois il faut veiller à la protéger des intempéries. C’est une volaille assez rustique, mais peu coureuse. Toutefois, elle a une propention à attrapper des infections respiratoires.

Les poulets poussent en 8 ou 10 mois, et ils acquièrent un bon volume. Cette volaille parait charnue dans la mesure où les os sont relativement fins et légers. Les connaisseurs disent que sa chair rappelle celle de la pintade ou de la perdrix. 
La poule de Houdan est appréciée pour l’excellence et la succulence de sa chair.
 

 Il existe le Houdan Faverolles Club de France. Pour plus de renseignements;  Président : Michel Dono, 8 rue en Seille, 57590 Ajoncourt.

 

 

 

Haut de la page

 




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement