* * * * * * * *
LA REPRODUCTION

* * * * * * * * * * * * *

 
 

LEUR REPRODUCTION :

Avant, j'achetais les poussins au marché local, sans race particulière. Il y a 10 ans, ce système me satisfaisait. Depuis quelques années, j'ai assisté au déclin de la qualité des produits. (Davantage de mortalité, poulets chétifs, fragiles, paralysies des pattes, lenteur à venir,...)

Depuis peu, je me suis lancé dans l'aventure des poules de race en visitant une foire aux oeufs et aux poussins où j'ai acheté le premier coq brahma.

Le reste est venu tout seul.

 

L'été 2008, j'ai constitué mes parquets de reproducteurs afin de bien séparer les races et de ne pas avoir d'hybrides.

Dans une deuxième phase, il me reste à rechercher la qualité en selectionnant ceux qui paraissent les plus conformes à leur race, mais aussi en me procurant des reproducteurs chez des éleveurs sérieux et qualifiés.

Il existe des sites web où l'on peut commander des volailles par correspondance. La aussi, certains sont plus ou moins sérieux. Il suffit de lire les commentaires dans divers forums sur l'élevage de volailles.

Je recommande aux débutants de venir dans les expositions ou foires spécifiques. Les sujets à la vente sont peut être un peu plus chers, mais ils présentent les avantages d'être bagués et vaccinés, d'être en bonne condition physique et d'être notés ou évalués par un juge avicole. En fonction de la note, vous savez ce que vous achetez.

Lorsque vous avez enfin les bons reproducteurs, il faut prévoir 1 coq pour 5 ou 6 poules. Dans les élevages industriels la proportion est de 15% de coqs pour avoir un bon taux de fécondité. Ensuite, il faut laisser faire la nature.

 

Reproduction naturelle :

Le coq est polygame. Il se bat contre ses congénères lorsqu'ils cherchent à couvrir une poule. En s'empêchant mutuellement de bien faire leur travail de reproducteurs, le taux de fécondité chute et les taux d'éclosion sont mauvais. Il faut constituer ses parquets en mettant un seul coq avec quelques poules ( 6 à 7 maxi pour avoir un maximum d'oeufs fécondés) et bien séparer ses parquets.

 

En fin de cycle de ponte, certaines poules demandent à couver. Cela dépend des races. En régle générale, les races pondeuses ne couvent pas (ou peu) et les races couveuses pondent très peu (nègre soie par exemple)

Pour les poules de grande race, il faut leur laisser de12 à 14 oeufs ou + selon la race.

Les poules ont l'habitude d'aller pondre au même endroit. Je laisse toujours un oeuf factice dans le nid pour les habituer à pondre à la même place.

Tous les jours les oeufs sont récoltés; je marque la date et la race, par exemple "sussex le 10-09" ou "faverolles le 13-09 " à l'aide d'un crayon à mine graphitée (pas d'encre). Ainsi cela me permet de repérér les oeufs de telle ou telle race qui sont stockés dans des boîtes.

Je stocke les oeufs dans des boîtes à oeufs non pas à plat, mais posées sur la tranche et je les tourne matin et soir, en bloc, dans le sous sol, à l'obscurité et l'humidité relative, à température plutôt modérée, pour ensuite les mettre en couveuse.

Lorsqu'une poule devient glousse et reste sur les oeufs du jour, je la sépare des autres et je lui mets les oeufs que j'ai choisi parmi les oeufs datés des jours précédants et classés par races.

 

 Normalement 21 jours plus tard, les poussins naissent. Avec cette méthose naturelle et si les eoufs sont fécondés, les résultats sont proches du 100%.

 

Reproduction artificielle :

 

En l'absence de glousse on peut avoir recours à une couveuse. Personnellement, je me suis équipé d'une petite couveuse familiale d'une capacité de 20 oeufs de poule environ pour le cas où les poules ne se décident pas à couver à l'époque qui m'intéresse. J'en suis satisfait dans la mesure où j'ai un très bon taux de réussite (85 à 90% d'éclosions) par rapport aux taux d'oeufs fécondés. Ce qui n'est pas le cas d'une autre couveuse statique de 12 oeufs avec laquelle j'ai un taux beaucoup plus bas.

 

La couveuse artificielle

De la familiale (3 à 12 oeufs) à l'industrielle ( plusieurs milliers d'oeufs), il y en a pour tous les goûts. Personnellement, je vous conseille une couveuse ventilée, c'est à dire équipée d'un petit ventilateur qui répartit la chaleur dans toute la couveuse. La partie du thermomètre qui "capte" la température doit être situé au niveau des oeufs. La température doit être de de 37°4 à 37°6 (ou 100° farenheit)

Il existe des couveuses statiques, dont la chaleur et le chauffage sont assurés par une lampe. Avec ce système, la température n'est pas uniformément répandue dans la couveuse. Dans ce cas-là les réglages sont un peu plus difficiles à réaliser pour avoir une température de 39° 3 à 39° 4  au niveau supérieur de l'oeuf. Cela doit correspondre à 37°4 à 37°6 au milieu de l'oeuf.

Si vous avez un thermomètre gradué en degrés Farenheit et que vous voulez des Celcius, voici :

 

FAHRENHEIT :

DEGRES :.........

 Nota: au lieu de taper 37,5 dans degrés, tapez 37.5 et vous aurez la correspondanr en Farenheit.

Si vous tapez 100 dans Farenheit, vous aurez la correspondance en dégrés Celcius.

 

Le choix des oeufs:

 Vous devez choisir des oeufs propres, (ne pas laver les oeufs sales mais les garder pour la consommation personnelle), ni trop petits ni trop gros, éviter les oeufs trop ronds et les oeufs dont la coquille vous semble trop poreuse. Il faut bien examiner les coquilles pour éviter de mettre des oeufs fêlés. Les oeufs ne doivent pas être trop vieux, pas plus de 10-12 jours, au delà le taux d'éclosion décroit .

Les oeufs doivent récoltés tous les jours (pour éviter le gel l'hiver ou un début de couvaison) et être entreposés dans un endroit tempéré, si possible entre 13 et 18°, mais pas au frigo. Ils doivent être conservés debout ou légèrement inclinés, le gros bout vers le haut. La conservation peut se faire dans du sable, du blé ou ... une boîte à oeufs.

 

Le retournement des oeufs :

 Les oeufs doivent être retournés au moins 2 fois par jour minimum. (avant la mise en couveuse pendant la phase de collecte et de conservation). Ils doivent également être tournés dans les mêmes proportions dans une couveuse statique. Cela pour éviter que le jaune ne finisse par coller à la coquille.Vous pouvez les marquer à l'aide d'une mine graphitée (pas d'encre du fait de sa toxicité) en mettant un J pour jour et N pour nuit par exemple  ou tout autre marque à votre convenance. La poule tourne naturellement plusieurs fois les oeufs par jour avec ses pattes. Le retournement doit être arrêté 3 jours avant l'éclosion.

Le retournement des oeufs ne se pose pas dans la couveuse automatique. Ce travail est assuré par un petit moteur électrique qui tourne les oeufs d'avant en arrière plusieurs fois par jour à votre place.

Il existe aussi des couveuses dites "semi-automatique" dont le retournement est assuré manuellement en tirant ou  en poussant une tige métallique reliée à un système de retournement. La aussi, il faut actionner le système au moins 2 fois par jour sauf les 3 derniers jours avant l'éclosion.

L'hygrométrie et la ventilation

  La coquille est poreuse et les pores cutanés servent à établir des échanges gazeux. En début de couvaison, il faut un degré d'hygrométrie moyen de l'ordre de 30 à  40% d'humidité. Les  3 derniers jours, il faudra rajouter de l'eau au fond de la couveuse  ou dans des bacs spécifiques pour attendre 70 à 80% d'humidité afin de fragiliser la coquille. Certains rajoutent des éponges gorgées d'eau ou des feuilles d'essuie-tout imbibées afin d'accroître le taux d'humidité. D'autres vaporisent les coquilles avec de l'eau tiède à 37,5 ° pure ou additionnée d'un peu de vinaigre.

Les poussins pourront casser la coquille plus facilement.

Le mirage :

Le mirage est une opération importante qui permet de voir si vos oeufs ont été fécondés. Il s'effectue une première fois vers le 5 ou 6 ème jour à l'aide d'une mireuse. Cela permet de sortir de la couveuse les oeufs qui pourraient pourrir et dont les germes pourraient contaminer les autres. Le deuxième mirage se fait vers le 18 ème jour et permet de retirer les embryons mal formés. Il permet également de vérifier le développement de la chambre à air à l'intérieur de la coquille.

L'oeuf perd du poids au fur et à mesure du développement de la chambre à air. La perte de poids est d'environ 3,5% sur les 5 ou 6 premiers jours, puis 7% vers le 11 ou 12 èmè jour et perd 13 à 14% de son poids au moment de l'éclosion. Si la chambre à air se développe anormalement c'est essentiellement à cause du taux d'hygrométrie et de l'aération/ventilation. C'est là que se joue le taux d'éclosion.

 

L'éclosion:

 L'éclosion a lieu le 21 ème jour pour une poule. Les durées d'incubation sont différentes pour les autres espéces.
- cailles de 16 à 17 jours pour la plupart

- la plupart des canes et dindes 28 jours

- la perdrix 23 à 24 jours

- la poule faisane 23 à 26 jours

- la pintade 26 à 27 jours

- l'oie 28 à 32 jours

 Les poussins commencent à bêcher la coquille à l'aide de leur diamant (pointe du bec). Il faut les laisser 24 heures dans la couveuse à 35° uniquement avec de l'eau pour leur séchage complet avant transfert dans une éleveuse chauffée à l'aide d'une lampe à infra rouge.

L'eleveuse:

La température de l'éleveuse doit être de 35° environ le premier jour pour descendre par pallier jusqu'à 15 à 20° au bout de 4 semaines. A cette date-là, les poussins doivent être convenablement plumés et peuvent supporter la température ambiante.

Vous pouvez alors les sortir dans un abri grillagé pour les habituer petit à petit aux aléas atmosphériques.

 



 


Haut de la page

 




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement