* * * * * * * *

Le Grand Combattant du Nord

* * * * * * * * * * * *

 
 

Les Combattants du Nord - Grand et Petit 

Les combats de coqs remonteraient au VIIe siècle avant J.C. en Israël mais il existe surtout des témoignages écrits ou picturaux de combats de coqs dans la Grèce antique.
Une loi à Athènes obligeait l'organisation tous les ans d'un combat de coqs en souvenir d'une allocution de Thémistocle la veille de la bataille de Salamine. On a rapporté que les troupes athéniennes en partant au combat contre les perses rencontrèrent des coqs qui s'affrontaient . Thémistocle voyant avec quel courage et quelle ténacité les coqs se battaient, prit la parole et incita les soldats à imiter ceux-ci pour sauver leur patrie : la bataille de Salamine fut une écrasante victoire sur l'envahisseur perse.
Les grecs possédaient des races particulières : celles de Rhodes et celles de Tanagra; les coqs étaient nourris d'oignons et d'ail la veille des combats, pour que leur ardeur au combat soit renforcée. Les combattants étaient armés d'éperons métalliques et se battaient sur un ring qui ressemblait beaucoup aux gallodromes actuels.
Les combats s’étendirent à tout l’empire romain : une mosaïque de Pompéï montre l'affrontement de deux coqs devant une table où se trouve le prix que remportera le propriétaire du vainqueur. Les romains ont diffusé l’ergot artificiel métallique.
En 1850 la loi Grammont a interdit les combats de coqs qui ont continué de manière clandestine surtout en Flandres, mais la tradition a demeuré et sous la pression de coqueleux. Une nouvelle loi en 1964 a rétabli les combats dans des gallodromes dans des endroits à tradition locale ininterrompue.
On prête au général de Gaulle la citation suivante : « puisqu’on mange des coqs, il faut bien les tuer d’une manière ou d’une autre ».

On l’aura compris, la vocation des combattants est de combattre. Sa sélection a contribué à constituer une race particulièrement belliqueuse vis à vis des mâles de cette même race.
L’observation des coqs sauvages qui subsistent en Asie Méridionale montre que les coqs vivent seuls parmi des groupes de quelques poules. Ces coqs ne tolèrent aucun concurrent sur leur territoire. Si l’un d’eux s’aventure, il s’ensuit immanquablement un combat mortel. L’intrus vient avec l’intention de supplanter le mâle dominant il vient donc pour la chasser et prendre sa place. Cette agressivité du coq s’explique notamment par le fait que les accouplements de ces volailles ont lieu toute l’année, sans période de repos. Une caractéristique de ces coqs, est l’intelligence et le sens tactique dont ils font preuve dans les combats.

Les photos de cette fiche proviennent de chez un "coqueleux" qui a voulu rester anonyme ( ce que je comprends d'après ses raisons) et que je remercie. Toutefois, j'ai mis un lien vers son blog à la rubrique liens et sites amis.

Coq Grand Combattant du Nord Doré:  

 


Caractères principaux :
Le combattant du Nord se décline en 2 races, le grand et le Petit.
Le coq fait entre 4 et 5 kg. La poule doit faire entre 2,5 à 4 kg. Le gabarit du petit doit faire entre 1,25 à 1,5 kg tandis que la poule doit faire entre 1 et 1,25 kg.

Les plumes sont longues, et arrondies, dures et solides. La tête est large, assez longue et très forte à la jonction avec le cou.
La face est rouge confondue avec la texture fine de la crête et des barbillons, portant de très petites filoplumes.

La crête est simple, droite, et régulièrement dentée. La texture est fine et rouge vif. Elle est coupée à 6 ou 7 mois à environ 1 cm du crâne.
Les barbillons sont de texture fine et rouge vif. Ils doivent être coupés près de la tête.

Les oreillons  sont peu développés Ils doivent être également réduits.

Le bec est moyen, fort,et légèrement courbé à la pointe.

Les yeux sont grands, lumineux, expressifs, d’une couleur brun orange.

Le cou est assez long, légèrement arqué, très fort dans son union avec le tronc. Le camail est abondant et recouvre les épaules.
    
Le tronc est droit, sans raideur, arrondi, et non pas anguleux.

Autre Coq GCN Doré



Le dos est assez court, très incliné, large aux épaules et plus étroit vers la région lombaire.     
La poitrine est large et bien développée.
La queue: est large, voûtée, serrée, séparée de la hauteur de la croupe avec de longues faucilles. Les rachis des plumes sont forts et durs.    

Les ailes sont serrées au corps, elles tendent à se réunir sous la queue et pourvues de plumes très dures.

Les cuisses sont très fortes, musclées, de longueur moyenne et bien séparées.

Les tarse sont solides, bien arrondis, de longueur moyenne, aux écailles lisses. Ils vont du jaune intense au vert olive en fonction de la variété. Les éperons sont robustes, situés bas et sont sciés la première année à 1,5 cm. du tarse. Ils ont  quatre doigts.
 

Poule GCN Doré:   


Morphologie de la poule
Les différences sont celles liées au sexe, toutefois, la crête doit être petite et droite, la queue est portée haute et légèrement étagée. On tolère la présence d’éperons.

La qualité des sujets s'apprécie en tenant compte des caractéristiques des combattants, en taille, en force et en vitalité, et non pas dans la perfection des couleurs.

On trouve les variétés suivantes , le doré, l’argenté robe d'or, le noir, le noir à manteau doré, le blanc, le tacheté, le perdrix, le bleu à poitrine argenté,... etc.

 Poule GCN Doré saumoné :

Poule GCN Doré : 

Les Petits Combattants du Nord sont moins connus mais c'est la replique naine de leur grand frère.

Petit Combattant Coq Doré: 

(Merci à Denise)

 

 


 

 

Haut de la page



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement